Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Finance

Risque climat : un rapport pointe la "dissonance cognitive" des compagnies d'assurance

©emilie zhang/Shutterstock

Selon le rapport de l’Observatoire 173 Climat - Assurance Vie publié en juillet, l’assurance vie française fait preuve d’une "dissonance cognitive" en ce qui concerne le risque climatique.

Selon le rapport de l’Observatoire 173, tenu par le Think Tank "The Shift Project", une "dissonance cognitive" est constatée entre les déclarations du secteur financier d’un côté, et les politiques des compagnies d’assurance-vie de l’autre en matière de risque climatique. L'analyse des rapports annuels de solvabilité et de sécurité financière (RSSF) 2018 - conformément à l’article 173-VI - de 10 des 12 principales compagnies d'assurance-vie françaises montre ainsi qu'il existe bien une prise de conscience de plus en plus forte concernant ce risque, mais que les politiques et mesures "mises en œuvre pour le prévenir semblent encore embryonnaires".

Les résultats de ces RSSF pointent le fait que le risque climatique est "très largement tenu pour négligeable par les équipes d’experts (…) en charge des risques", selon l'Observatoire ,qui ajoute également que "ces experts ne trouvent manifestement au risque climatique pas de matérialité financière dans le présent". Alors que "les rapports consacrés au sujet pointent de manière alarmante le risque systémique et croissant pour nos sociétés de la dérive climatique planétaire", une forme de "dissonance cognitive" se laisse entrevoir au sein du secteur assurantiel, estiment les auteurs.

Depuis 2017, il est également imposé à ces compagnies d'assurance-vie de rendre public leur RSSF chaque année. Pour tester la facilité d’accès à ces informations, dix citoyens volontaires - sans "grandes connaissances" du secteur assurantiel ni des questions financières – ont été mobilisés. Il en ressort que "le caractère compréhensible des synthèses publiées est fortement contesté", relève l'Observatoire, qui pointe un jargon encore bien trop complexe. 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.