Un ouvrier exposé à une forte radioactivité à la centrale nucléaire de Chooz

L'ouvrier d'une entreprise participant au démantèlement de la cuve du réacteur nucléaire souterrain de Chooz (Ardennes) a été exposé à une radioactivité dépassant le quart de la dose individuelle annuelle règlementaire, a annoncé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) jeudi.

Dans le cadre du démantèlement devant s'achever en 2022 de "Chooz A", centrale creusée dans une colline ardennaise, le travailleur concerné, appartenant à une entreprise prestataire, effectuait il y a plusieurs mois "des opérations de manutention à distance depuis une passerelle située au-dessus de la cuve du réacteur", relate l'ASN sur son site internet.

"Ce travailleur, doté d'équipements de protection individuelle, a fait l'objet de contrôles de contamination interne et externe périodiques", pour évaluer notamment le risque d'ingestion ou d'inhalation de substances radioactives, poursuit l'ASN.

Des premiers examens ont révélé en juillet une "contamination interne", confirmée ensuite par d'autres contrôles en septembre. L'exposition radiologique de ce travailleur a été évaluée à plus du quart de la limite annuelle, fixée à 20 mSv, rapporte l'ASN.

En conséquence, "cet événement a été classé au niveau 1" sur les sept que compte l'échelle internationale de classement des incidents et accidents nucléaires (INES), indique l'Autorité.

Mise en service en 1967, la centrale "Chooz A" a été arrêtée dès 1991 après avoir produit l'équivalent de trois fois la consommation annuelle d'électricité de Paris. L'arrêté de démantèlement a été pris en 2007.

Le réacteur de "Chooz A" a servi de modèle à l'ensemble du parc nucléaire d'EDF et aux 58 réacteurs aujourd'hui en fonctionnement.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.