Les investissements "verts" largement insuffisants en France

Les investissements (hors recherche) en faveur du climat continuent de stagner en France et sont largement insuffisants pour atteindre les objectifs que s'est fixé le pays, selon le groupe de réflexion I4CE émanant de la Caisse des Dépôts.

L'an dernier, comme cette année, il y a eu un écart "de 20 à 40 milliard d'euros" entre les investissements qui ont été réalisés et les besoins annuels à mobiliser, note l'Institute for Climate Economics (I4CE), dans son Panorama annuel des financements climat en France, publié mercredi.

En 2016 et 2017, 25 milliards d'euros ont été investis, alors que pour atteindre les objectifs fixés dans la stratégie nationale bas carbone et la feuille de route énergétique à horizon 2030, il faudrait investir entre 45 et 60 milliards d'euros par an jusqu'en 2020, puis entre 50 et 70 milliards d'euros par an entre 2021 et 2030, détaille l'institut.

Ces chiffres comptabilisent les dépenses dans l'efficacité énergétique, le bâtiment, les énergies renouvelables ou encore les infrastructures durables de transport.

Ils ne prennent pas en compte les investissements industriels, de l'agriculture, du nucléaire, ou pour de futures nouvelles lignes de train à grande vitesse, dont les besoins futurs "ne sont pas suffisamment documentés" pour être pris en compte dans cette étude, précise l'I4CE.

Le secteur le plus en retard est le bâtiment, notamment la rénovation des logements privés.

En rajoutant les montants effectivement dépensés en faveur du climat dans ces secteurs, près de 32 milliards d'euros ont été investis cette année (31,5 milliards) et en 2016 (31,8 milliards) en faveur du climat en France, un chiffre qui stagne globalement depuis 2014, note l'I4CE.

L'amélioration de l'efficacité énergétique a par exemple mobilisé 14,5 milliard d'euros l'an dernier (+400 millions par rapport à 2015), quand 9,2 milliards d'euros ont été dépensés dans les infrastructures durables et 5,3 milliards dans les énergies renouvelables, deux domaines où les dépenses stagnent depuis plusieurs années.

En 2016, les ménages ont été à l'origine d'un tiers des investissements réalisés (10,8 milliards), derrière l'Etat et les collectivités (11,4 milliards) mais devant les entreprises commerciales (9,8 milliards).

Via le versement de subventions, d'aides ou de financement direct, le secteur public conduit toutefois "plus de la moitié" des financements réalisés depuis 2013 dans des investissements en faveur du climat.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.