Entreprises

Des gobelets réutilisables en entreprise, l'idée d'une start-up rennaise

©Newcy

De jeunes entrepreneurs rennais ont développé Newcy : une solution de gobelets réutilisables, à adapter aux machines à café.

Prendre un café, le boire, puis se débarrasser du gobelet. Un geste banal. Autour de 4,7 milliards de gobelets sont jetés en France chaque année, soit 150 gobelets par seconde. S’ils peuvent être recyclés (par Versoo ou Lemon Tri par exemple), très peu le sont : 1 %. La diversité de leurs matériaux complique le recyclage. Sans compter que beaucoup terminent directement à la poubelle, avant d'être enfouis ou incinérés. Mais plus pour longtemps, puisque la loi de transition énergétique prévoit l’interdiction de la vaisselle jetable d’ici 2020.

Une aubaine pour Newcy, à l’origine des premiers gobelets réutilisables pour les distributeurs automatiques et fontaines à eau. La start-up rennaise a été créée en 2016. Mais l’idée de se lancer sur ce marché remonte à 2014. Caroline Bettan, Nicolas Douchet, Hugo Roy et Jérémy Renouard, alors étudiants en master entreprenariat et innovation (conjoint à l’ESC Rennes et l’Insa), planchent sur un projet fictif d’entreprise.

L'équipe de Newcy, start-up créée en 2016.
©Newcy

« Hugo travaillait pour Esprit Planète, spécialiste des gobelets réutilisables pour l’événementiel, » relate Caroline Bettan, désormais en charge du marketing, des ressources humaines et de la communication de la jeune pousse. « On s’est demandé : pourquoi ne pas adapter la solution aux entreprises ? » Quelques mois plus tard, le projet scolaire devient une véritable entreprise.

Des gobelets bretons, lavés à Rennes

Aujourd’hui, Newcy (pour « new cycle ») propose un service clé en main et multi-primé. Les gobelets de la marque en polypropylène « sans bisphénol A et sans phtalates » sortent d’une usine du Morbihan. Bémol : ce polypropylène n’est pas issu du végétal, mais du pétrole. « On a choisi ce matériau, car il est très résistant et se recycle bien en fin de vie, spécifie Caroline Bettan. C’est la matière qui nous semblait la plus pertinente en termes de durabilité, mais on reste en veille sur le sujet. On fera sans doute évoluer nos gobelets, mais on veut d’abord roder la solution et attendre d’avoir davantage de retour d’expérience sur les alternatives. »

Les gobelets bretons rejoignent ensuite les distributeurs automatiques des clients : des collectivités ou des établissements privés, comme l’ESC Rennes ou le centre équestre du Bois de Soeuvres, près de Rennes. Mais le cœur de cible reste les entreprises. Notamment celles obligées par la loi d’indiquer la façon dont elles prennent en compte les conséquences sociales et environnementales de leur activité.

C’est le cas du Crédit Agricole. Pauline Gabory, responsable communication et RSE au Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine, abonde : « C’est impératif pour une caisse régionale cotée. Notre engagement environnemental a plusieurs années, mais on ne lui avait jamais vraiment donné de sens. » Depuis octobre, les quelque 400 salariés du siège social de la banque sont invités à utiliser les gobelets Newcy lors de leur pause café. Et à les réutiliser toute la journée, avant de les déposer dans un collecteur.

Une fois plein, direction la station de lavage de La Feuille d’érable, toujours à Rennes. « On s’occupe de la collecte, du lavage, du contrôle qualité, du conditionnement et on les remet en circuit », décrit Éric Challan-Belval, directeur de cette entreprise d’insertion, experte en recyclage des papiers et cartons.

Difficile de lâcher son mug

Newcy garantit 150 lavages. « La sérigraphie part, mais le gobelet résiste », note Caroline Bettan, tout sourire. Mais aussi beau soit-il, le gobelet Newcy peine parfois à se faire adopter. « Certains collaborateurs ont du mal à lâcher leur mug, rapporte Pauline Gabory. Mais en leur expliquant que le laver demande plus d’énergie que la solution Newcy, les choses changent. »

Il faut dire que la start-up soigne sa com’. Cela passe par des exemples concrets. « Quand on lave son mug, on ne s’en rend pas forcément compte, mais on utilise environ 1,5 litre d’eau, illustre la jeune entrepreneuse. Alors que Newcy a recours au lavage industriel, donc mesuré : 7 cl d’eau pour un gobelet. » Et surtout, exit les messages culpabilisants. « Pendant longtemps, les discours sur l’environnement résonnaient : « Ne faites pas ci, ne faites pas ça », observe Caroline Bettan. On veut montrer que réutiliser son gobelet, ça peut être sympa. » Prochaine étape pour Newcy : une levée de fonds pour début 2018.

#TousActeurs
Avec cette promesse, ID innove et permet de médiatiser des solutions accessibles à tous pour une société plus durable; un monde où s'informer revient à agir, où chaque information amène à des solutions concrètes. A vous de choisir !
A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.