Entreprises

Mobilité durable : quelles nouveautés en 2018 ?

©Jose Luis Vega/Shutterstock

Plan de déplacements en entreprise, subventions pour l'achat de véhicules électriques, prime à la casse revue à la hausse... Petit passage en revue des nouveautés de l'année 2018 en termes de mobilité durable.

Comme de coutume, le 1er janvier a amené avec lui son lot de mesures, dont certaines concernent la mobilité durable.

Aide à l'achat d'un vélo à assistance électrique pour les plus modestes 

Non, la prime pour l'achat d'un vélo à assistance électrique (VEA) n'est pas morte. Annoncée en fin de vie par Gerald Darmanin en septembre dernier, cette subvention, pouvant atteindre un montant de 200 euros et mise en place en février 2017 par le gouvernement, a finalement vu son existence rallongée. Mais dans des conditions différentes. Depuis le 1er janvier, la mesure, qui a permis l'achat d'environ 250 000 vélos électriques l'an dernier, ne touche plus que les ménages les plus modestes, non imposables. La méthode elle, n'a pas changé, il suffit de se rendre sur la page dédiée et de remplir le formulaire.

Nouvelle prime à la casse

Afin d'inciter les ménages à remplacer leur ancien véhicule trop polluant, le gouvernement a mis en place, depuis le 1er janvier, une nouvelle prime à la casse. D'un montant de base de 1000 euros, elle s'élèvera à 2000 euros pour les ménages non imposables et pourra concerner -c'est une première- les voitures d'occasion. En contrepartie, ces dernières devront arborer une vignette Crit'Air 0, 1 ou 2, signalant les voitures ayant moins de 12 ans. Dans le cas de l'achat d'une voiture à un particulier, il faudra alors constituer un dossier auprès de l'Agence de services et de paiement, tandis qu'un professionnel se chargera de déduire lui-même le montant.

A Paris, des aides supplémentaires pour des déplacements plus propres

A compter du 1er janvier, la capitale a elle aussi déployé un certain nombre de mesures destinées à aider particuliers et professionnels à adopter des modes de déplacements moins polluants. Parmi elles, des aides supplémentaires pour l'achat d'un vélo, électrique ou non, des bonus et avantages à l'attention des usagers acceptant d'abandonner leur véhicule personnel au profit des transports en commun ou des subventions pour les professionnels, pouvant aller jusqu'à 9 000 euros pour  l'achat d'un autocar électrique. Pour retrouver l'ensemble de ces mesures ainsi que des informations supplémentaires, la page officielle donne accès à tous les formulaires.

Un plan de mobilité entreprise

Autre nouveauté, les entreprises comptant plus de 100 salariés doivent désormais présenter un plan de déplacement, ou « plan mobilité » , favorisant les modes de transports alternatifs à la voiture individuelle. La promotion du vélo, du covoiturage ou encore de l'autopartage sont autant de pistes envisagées et peuvent s'accompagner d'autres mesures, telles que l'aménagement des horaires de travail ou la « garantie du retour à domicile ». Et si la loi est peu contraignante, elle peut toutefois pousser les entreprises à réfléchir à des pratiques plus respectueuses, de leurs employés et de l'environnement.

L'actualité à suivre début 2018

Si elle n'a pas fait l'objet d'une proposition de loi, l'idée de l'indemnité kilométrique vélo, qui a notamment fait parler d'elle à la suite des Assises de la mobilité, pourrait occuper une position de choix dans le plan vélo annoncé par la ministre des Transports Elisabeth Borne en décembre. Une initiative qui devrait permettre d'inscrire un peu plus la bicyclette dans une stratégie générale de mobilité durable, en attendant une potentielle loi des mobilités, annoncée l'an dernier par Emmanuel Macron.

Pour les plus impatients, un petit point sur les modes de transport à privilégier pour des déplacements plus propres. (Cliquez pour agrandir.)

©Sycomore