Le chiffre

L'Union européenne publie sa première liste noire de paradis fiscaux

©ProStockStudio/Shutterstock

Après dix mois d'enquête, l'Union européenne a publié une liste noire comprenant 17 paradis fiscaux.

Les ministres des finances de l'Union européenne ont adopté, mardi 5 décembre, une liste noire de 17 pays ou territoires considérés comme des paradis fiscaux -en raison de leur manque de coopération et de transparence sur les questions fiscales-, comprenant entre autres le Panama, la Corée du Sud ou encore les Emirats arabes unis. Elle est accompagnée d'une « liste grise » comprenant 47 pays dont la fiscalité ne répond pas aux normes européennes mais qui se sont engagés à se conformer.

Cette décision arrive après les nombreuses divulgations ces dernières années sur les plans de fraude et d'évasion fiscales utilisés par des sociétés ou des particuliers, qui ont débouché sur plusieurs scandales planétaires. Avec la publication de cette liste, l'UE se donne ainsi pour objectif de « promouvoir la bonne gouvernance à l'échelle mondiale ».

Mais l'initiative n'a pas pour autant convaincu tout le monde. L'organisation Oxfam, qui a publié la semaine dernière sa propre liste, s'indigne notamment de l'absence de « paradis fiscaux notoires », tels que la Suisse, les Bermudes ou les Iles Caïmans, mais aussi de quatre Etats membres qui répondent aux « critères définis » par l'UE. Il s'agit de l'Irlande, du Luxembourg, de Malte et des Pays-Bas.