Déchets nucléaires à Bure: l'ASN demande une amélioration du projet

Le projet Cigéo d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse) représente une "maturité technique satisfaisante" mais certains de ses aspects doivent être retravaillés, a estimé lundi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

"L'ASN estime que le projet Cigéo a atteint dans son ensemble une maturité technique satisfaisante au stade du dossier d'options de sûreté", indique le gendarme du nucléaire dans son avis définitif.

Mais l'ASN a aussi formulé une "réserve" concernant les déchets bitumineux.

"Sur ce point, l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) doit revoir sa copie. Si ce sujet n'est pas traité de manière satisfaisante, le stockage de ces déchets ne sera pas autorisé par l'ASN", indique le président de cette dernière, Pierre-Franck Chevet, dans un entretien au journal Le Monde.

Ces déchets, qui représenteront environ 18% de l'ensemble des déchets stockés par Cigéo, sont très inflammables.

L'IRSN, bras technique de l'ASN, avait soulevé le problème en demandant à l'Andra, qui gère ce projet, d'étudier deux options pour y remédier: soit étudier la possibilité d'un prétraitement de ces déchets pour neutraliser leur inflammabilité avant leur enfouissement, soit de revoir la conception de leur stockage.

Dans son avis définitif, l'ASN demande que la première solution soit privilégiée mais que la seconde piste soit étudiée.

Elle réclame aussi "des compléments en vue de la demande d'autorisation de création que l'Andra prévoit de déposer en 2019".

Ces compléments portent sur la justification de l'architecture de stockage, le dimensionnement de l'installation pour résister aux aléas naturels, sa surveillance et la gestion des situations post-accidentelles.

Le projet Cigéo vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets radioactifs de moyenne ou haute activité à vie longue.

Issus essentiellement de combustibles des réacteurs nucléaires, les déchets devant être stockés représentent 3,2% du volume total des résidus radioactifs, mais ils concentrent à eux seuls 99,9% de la radioactivité.

L'Andra prévoit de soumettre sa demande d'autorisation de création de Cigéo en 2019 avant un démarrage de la phase pilote prévu vers 2025.

"Le dossier est très bien avancé. Il est tout à fait possible de tenir le calendrier", juge Pierre-Franck Chevet.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.