Conso

Traçabilité, quotas, OGM : à quel saumon se fier ?

©karp5/Shutterstock

Produit star de Noël, le saumon devrait, une fois de plus, s'inviter à la table de nombreux Français à l'occasion du réveillon. Mais comment choisir un produit plus durable ?

C'est le poisson préféré des Français et il devrait occuper, cette année encore, une place de choix dans les plats mijotés pendant les fêtes de fin d'année. Mais en termes d'impact sur l'environnement, le saumon consommé dans l'Hexagone n'est pas toujours tout à fait rose.

Menacé dans son état sauvage par la surpêche, la grande majorité des saumons qui arrivent dans nos rayons sont en fait issus de fermes situées en Norvège, en Ecosse ou encore en Irlande. Un élevage intensif souvent décrié, en raison notamment des aliments et des antibiotiques donnés au poisson, ainsi qu'à son impact sur les écosystèmes. De l'autre côté, une filière bio et des labels existent et peuvent garantir un produit plus durable. Vers quels référents se diriger ?

Les différents labels

Le label AB offre un certain nombre de garanties aux consommateurs, au rang desquels une alimentation certifiée bio et sans OGM, le respect de quotas ou encore la non-utilisation d'antibiotiques. Cette filière n'est pas nécessairement exempte de tous reproches, comme le révélait l'an dernier une étude de 60 millions de consommateurs qui montrait que le saumon d'origine bio présentait des teneurs en métaux lourds plus importantes que son cousin conventionnel, dues notamment à une quantité plus élevée de poisson dans leur alimentation. Des taux toutefois très inférieurs aux normes françaises.

Parmi les autres labels disponibles, le Label Rouge, attribué par l'Etat selon un cahier des charges exigeant, certifie la qualité « supérieure » du produit grâce notamment à un cycle de croissance respecté ainsi que des conditions d'élevage qui prennent en considération le bien-être des poissons. Comme pour le label AB, les OGM ou les farines issues d'animaux terrestres sont exclus de l'alimentation des saumons et leur traçabilité est assurée.

Enfin, les labels MSC et ASC ont été lancés pour certifier les poissons issus d'une pêche ou d'une aquaculture durables, c'est-à-dire qui limitent -entre autres- leur impact sur les écosystèmes marins et qui respectent des quotas afin de pérenniser les espèces. Là encore, ils prennent aussi en compte l'alimentation des poissons et garantissent leur origine.

©Gaël Nicolet/ID

Quid du saumon français ?

Même si la filière hexagonale est peu développée, il est aussi possible de consommer un saumon français et durable, grâce notamment à la société Saumon de France qui propose des poissons nourris sans OGM et dont le bien-être est pris en compte au cours de leur croissance. Saumon de France participe d'ailleurs au projet PISCEnLIT qui promeut une pisciculture respectueuse de l'environnement.