ID de saison

Le marron pour retrouver du tonus

©Sabino Parente/Shutterstock

Chaque semaine, nous vous proposons de (re) découvrir un fruit ou un légume de saison accompagné d'une recette « bas-carbone ».

Le marron comestible, châtaigne très tonique, a de nombreux bienfaits.

Sa saison :

Les châtaigniers sont cultivés en Ardèche, en Corse, en Dordogne, dans l’Hérault, en Lozère et sur le pourtour de la méditerranée mais aussi en Chine, au Japon et en Australie. La récolte du marron se déroule de septembre à novembre mais ils se vendent sur les marchés jusqu’en février.

Son histoire :

Ce que nous appelons « marron » est une variété de châtaignes cultivée par les castanéiculteurs. Ce fruit comestible est obtenu par greffage de certaines variétés du châtaignier. Sa présence en Ardèche est très ancienne, les fossiles d’une châtaigne et d’une feuille de châtaignier datant de plusieurs millions d’années y ont été découverts.

Son mode de consommation :

Les marrons crus, bouillis ou grillés se cuisinent de multiples façons, en soupe, en purée, en salade, en garniture de viandes, dans des pains, des galettes et dans des desserts (mousses, bavarois, charlottes) ou des confiseries : (glacés, confitures et crème de marrons).

Ses qualités nutritives :

Les marrons sont des fruits de l’hiver qui redonnent du tonus. Ils sont très énergétiques, riches en fibres et en glucides. Ils contiennent des vitamines B, C et E, du fer, du calcium, du potassium et du magnésium.

Son poids carbone :

Le poids carbone du marron d’origine locale et en saison est très faible : 30gr de CO2 pour 100 gr de produit, mais hors saison et d’origine lointaine ce poids est multiplié par 10.

Le poids carbone de la recette du biscuit moelleux aux marrons est de 620 gr de CO2. C’est assez élevé, à l’instar de nombreux desserts, qui contiennent beaucoup de beurre, de crème, de lait, d’œufs. Avec la présence de sucre et de miel, c’est un apport de 650 calories par portion. En résumé un dessert parfait pour se faire plaisir lors des fêtes de fin d’année !

Pour limiter le gaspillage :

C’est un fruit frais qui se dessèche et se conserve dans un réfrigérateur. Pour une conservation plus longue, le congeler, après l’avoir extrait de sa coque et de sa peau.

La recette du chef engagé dans le végétal : Emmanuel Perron

©Gaël Nicolet/ID

 

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.