Dossier

Le bio : de la marginalité à l’évidence

©Photobank gallery/Shutterstock

Certes quelque peu anecdotique à ses débuts, le bio n’est aujourd’hui pas prêt de se mettre au vert : rappel des faits.

Développé en Autriche, en Allemagne, en Angleterre et en Suisse dans les années 20, ce mode de production et de transformation apparaît en France dans les années 50. Les agriculteurs se mobilisent et constituent l’Association Française d’Agriculture Biologique ( AFAB ) en 1962. Plusieurs regroupements en faveur de l’agriculture bio se créent. La reconnaissance du bio en France est entamée en 1980 à travers la loi d’orientation agricole. Elle se concrétise l’année suivante avec un décret relatif à l’homologation des cahiers des charges. En 1983 est créée la Commission Nationale de l’Agriculture Biologique ouvrant la voie à l’homologation de cahiers des charges à l’échelon national : deux ans plus tard naît le premier label français AB.

Tournant européen

Côté Europe, l’appellation « agriculture biologique » est encadrée légalement pour la première fois dans le règlement européen du 24 juin 1991. Ce règlement sur les productions végétales est complété en 2000 par celui sur l’élevage biologique. L’agriculture bio est encadrée depuis 2009 par un nouveau règlement européen complété par un texte français d’application nationale.

Vers un nouveau règlement

En 2014, la Commission européenne présente une proposition de nouveau règlement relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits, projet qui a abouti à un accord en juin dernier entre le Parlement et le Conseil européens. Il prévoit notamment des contrôles plus stricts dans la chaîne d’approvisionnement, le respect des normes européennes pour les denrées alimentaires importées -les actuelles règles d’équivalence selon lesquelles les pays de l’UE doivent respecter des normes similaires mais pas identiques seront supprimées d’ici cinq ans de manière progressive- et des nouvelles règles anti-contamination. Ainsi, si la présence d'un pesticide ou autre produit non autorisé est soupçonnée, les produits ne pourront porter l'étiquette bio tant qu'une nouvelle enquête n'a pas été menée.

A la suite de cet accord provisoire, le Comité Spécial Agriculture a soutenu le 20 novembre 2017 la révision de ce règlement qui entre autres proscrit l’usage de serres. Il constitue un « cadre légal simplifié couvrant  tous les producteurs, qu'ils soient de l'Union européenne ou de pays tiers exportant dans l'Union européenne », et doit être approuvé au Parlement européen et au Conseil des ministres avant d’entrer en vigueur le 1er janvier 2021.

A lire aussi
Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.