Conso

Comment recycler son sapin après Noël ?

©Ramil Gibadullin/Shutterstock

Les acheteurs de sapins naturels les recyclent de plus en plus. Voici comment leur offrir une deuxième vie après Noël.

Rien ne se perd, tout se transforme. La devise favorite des anti-gaspi a de l’avenir. Surtout à Noël. Chaque année, selon l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), plus de 6,5 millions de sapins de Noël sont vendus en France. Dont 5,3 millions de sapins naturels. Pour éviter de les jeter, plusieurs initiatives ont été mises en place sur le territoire.

Replanter ou rapporter son sapin

Si vous avez opté pour un sapin en pot, il sera possible de le replanter après les fêtes. L’Association française du sapin de Noël naturel livre ses conseils pour en prendre soin durant son séjour en intérieur : « l’acclimater graduellement », « éviter les sources de chaleur », « ne pas le laisser trop longtemps dans la maison et le replanter assez vite… »

Si ce n’est pas envisageable, mieux vaut choisir un sapin coupé. Le jour de replantation, il ne doit pas geler. Avant de le mettre en terre, assurez-vous que le conifère, habitué à la forêt, aura la place de grandir. Car il va gagner en volume et en hauteur.

Si vous n’avez pas de terrain, certaines entreprises, comme My Little Sapin ou Treezmas Treezmas proposent d'adopter un sapin. Elles récupèrent l’arbre, acheté sur leur site, pour le replanter. Sur le même principe, Truffaut ou Botanic offrent un bon d’achat aux consommateurs qui rapportent leur sapin avant le 31 janvier 2018.

Recyclage de sapins : les villes s’organisent

De plus en plus de villes (Cherbourg, Lille, Metz, Lyon, Montpellier…) s’organisent pour collecter les sapins ces dernières années. Il s’agit de limiter les dépôts sur les trottoirs ou en forêt (passibles d’une amende de 150 €), et de réduire les coûts sur le ramassage et l’incinération.

Sans compter que le service des espaces verts peut réutiliser les broyats. C’est ce que font les jardiniers de la capitale. À Paris, l'opération « Recyclons nos sapins » revient du 26 décembre 2017 au 28 janvier 2018. L’an dernier, plus de 70 000 Parisiens ont déposé leur sapin dans ces aires. Parmi les 160 points de collecte, beaucoup seront ouverts 24 h/24. Attention : les sapins doivent être déposés sans sac, sans décoration et sans neige artificielle.

Mêmes consignes à Rennes et à Brest, où l’association Vert le Jardin anime l’opération « Sapin Malin » depuis des années. L’idée : offrir aux habitants de la métropole de repartir avec le broyat de sapin. « L’an passé, on a rencontré 1 150 habitants dans vingt communes autour de Rennes. Soit 1 100 sapins broyés et 34 200 litres de broyats valorisés », calcule Tifenn Leclercq, chargée de projet compost partagé à Vert le Jardin Rennes.

Vert le Jardin Rennes réutilise les broyats de sapins sur l’aire de compostage de l’association.
©Charlotte Hervot/ID

Les broyats de sapins au compost ou au jardin

L’association garde une partie des broyats pour alimenter les aires de compostage sur Rennes Métropole. En 2016, plus des deux tiers ont été récupérés par les habitants. Pour Tifenn Leclercq, la tendance évolue en ce sens : « On voit au fil des ans que les personnes sont intéressées non seulement par le recyclage du sapin, mais aussi pour récupérer les broyats. »

L’initiative permet aussi à l’association de délivrer ses astuces pour « éviter que le sapin ne devienne un déchet ». Il peut d’abord resservir « comme matière sèche pour rééquilibrer son compost », précise Tifenn Leclercq. Les restes du sapin peuvent être recyclés au jardin pour pailler au pied des allées ou des massifs. Mais pas au potager, car c’est trop acide. Quant aux pieds de sapins, « trop larges pour entrer dans le broyeur », l’association les met de côté pour les transformer en bois de chauffage ou en abris à insectes.